Les heurtoirs

Rébénacq compte une soixantaine de heurtoirs dont une quarantaine en fer forgé, les autres sont en fonte ou en bronze.

Heurtoirs en fer forgé.

Le heurtoir sert à prévenir l’occupant, mais jusqu’à la révolution industrielle, il a une autre fonction : sa rotation soulève le loquet de la porte. Celle-ci est par ailleurs maintenue close par une serrure ; jusqu’au XIXe siècle, elle reste rudimentaire et fabriquée par des artisans locaux. Son appellation de « serrure à chiffre » s’explique car regardée de face, la clef présente une forme particulière (en 4, en Z…) et donc il est impossible d’y faire pénétrer une clef de forme différente. Ce type de sécurité était en usage dejà chez les Romains.

Heurtoirs fer forgé

Six heurtoirs en fer forgé de Rébénacq. La photo de droite montre le mécanisme très simple d’une « serrure à chiffre » (la clef doit ici avoir une forme en Z).

Heurtoirs en fonte et en bronze

La révolution industrielle permet de répandre dans de bonnes conditions économiques des produits de fonderie. L’avènement des machines-outils et la plus grande facilité de limer la fonte conduisent à produire une serrure de sureté, elle comporte deux pênes, l’un commandé par la clef, l’autre, dit « en bec de cane », est actionné par la poignée. En fonte ou en bronze, les heurtoirs perdent alors leur fonction de condamner la porte, ils ne servent plus qu’à prévenir l’occupant par un coup donné sur une platineet donc ne basculent plus latéralement.

Heutoirs de fonderie

Les heurtoirs des débuts de l’ère industrielle paraissent de premier abord assez homogènes. Un moulage en forme en main est fréquent, toutefois des variantes s’observent : main droite ou gauche, avec bague ou non, tenant une boule ou une pomme, décors différents du poignet…. D’autres motifs se rencontrent çà et là, (buste de femme, tête de cygne…). A droite une serrure à deux pênes, production des Établissements Garnier, Paris, trouvée à Rébénacq.

 

Les grilles

 

Aux grilles en fer forgé protégeant les vitres se substituent bientôt les grilles en fonte. Ce matériau se retrouve également dans les motifs décoratifs ornant les portails en tôle. Moins onéreux que les lourds portails en bois et d’’entretien plus aisé, ils se répandent entre 1880 et 1920 (quelques portails aux alentours portent une date gravée dans la pierre).

Portails en tôle

Les portails en tôle s’imposent ici dans les toutes dernières années du XIXe siècle ; pour leur donner du lustre, ils sont décorés de motifs en fonte.