La bascule

A la fin du XIXe siècle, la fonte s’impose dans le mobilier urbain, produite par des fonderies aujourd’hui disparues, sauf quelques une qui se sont spécialisées (Chappée…).

La bascule est un exemple de ce mobilier urbain apporté par l’ère industrielle. Le principe de ce système de pesée date du milieu du XVIIIe siècle et est dû à un charpentier anglais ; au XIXe, plusieurs entreprises françaises en fabriquent (Béranger, Testut, Voiron). Le « poids public » installé à Rébénacq a été acquis par décision du Conseil municipal en date du 28 août 1901. Les inscriptions indiquent le fabricant : « Construction des ponts à bascule vérificateurs,  système Guillaumin, breveté SGDG, Voiron (Isère) ». Il était utilisé pour les pesées agricoles (notamment la laine). Elle se trouvait initialement place de la mairie et était couverte entre les deux guerres.

bascule

La bascule aujourd’hui installée dans la montée vers la place de la Bielle.

Les objets de l’ancien fournil

Le mobilier urbain de Rébénacq comporte également de beaux objets issus de donations privées. Une porte de four et une pompe à main ont été déplacés à l’occasion du Festival des Vieux Métiers et des Records (1993-2008), elles proviennent du fournil d’un ancien boulanger du village.

Mobilier urbain four pompe

A gauche, la porte du four est l’œuvre d’un fabricant palois (« Rioublanc constructeur de fours, Pau’) elle est scellée aujourd’hui près du terrain de foot. Au droite, une pompe a main, mise en valeur rue du Lavoir (‘L. Hourrègues constructeur, Lons B.P.’).

 

Le travail

Le travail était anciennement attenant à la forge place de la mairie (photo 1, cercle jaune). Un travail est destiné à immobiliser les boeufs pour les ferrer. Ce dispositif n’est pas nécessaire pour les chevaux, qui se laissent faire sans se débattre, il n’en va pas de même pour les boeufs, en 1993, l’épouse du forgeron rapportait un souvenir d’enfance : « C’étaient des boeufs particulièrement costauds, venus du Gers, utilisés pour le transport du marbre. Quand on les ferrait, tout tremblait, j’avais peur: »

Le village a produit une animation « Festival des Vieux métiers » de 1993 à 2008, dans ce cadre le travail a été donné à la municipalité qui l’a installé dans la montée vers la place de la Bielle. Les images ci-dessous montrent André Coy, ferrant un boeuf lors de l’édition 1993 de cette manifestation. Il faut attacher le boeuf par les cornes et fixer la patte (photo 2), enlever l’ancien fer (photo 3), avant d’en placer un nouveau (photos 4 et 5). Les montants en bois ont dû être refaits vers 2010.

Ferrage d'un boeuf

André Coy ferrant un boeuf lors du Festival des Vieux Métiers en 1993